Caducée Chiropraxie

Cabinet Chiropratique, Maxime Krakus

Maxime KRAKUS, DC

20, avenue de la République
92120 Montrouge
0183622626

44, rue Camille Desmoulins
94230 Cachan
0184232615

Siren 523494391
ADELI : 92 0 004074

Bien marcher, Bien courir

Déroulement du pied

En marchant

Déroulement du pied à la marche

On appelle "déroulement" du pied car lorsque nous marchons, notre plante de pied devrait fonctionner comme une demi-roue.

En effet, nous devrions poser le talon puis dérouler le pied sur la partie externe du pied jusqu'à notre "talon avant" en direction de notre gros orteil pour enfin, bien pousser dessus pour nous projeter en avant.
Tout au long de ce mouvement, le contact avec le sol doit être le plus bref possible comme si le sol était brûlant.
Vous l'aurez compris, un bon déroulement du pied engendre une marche dynamique.

Si vous n'avez pas l'habitude de marcher comme ceci, cela s'applique assez facilement, car en étant vigilent, appliqué et concentré sur le déroulement des pieds à chaque fois que vous marchez. Votre corps intégrera cette "nouvelle" habitude et cela vous demandera de moins en moins d'attention pour marcher correctement.

En courant

Appui avant-pied

Il n'y a pas de déroulement du pied lors de la course

Lors de la course, la foulée s'agrandit, et il n'est plus possible d'avoir un abord "talon" car l'impact devient trop grand. Pour être dynamique, le pied doit avoir un abord "talon avant" (et non "pointe de pied" / orteils). C'est une course très efficace mais qui sollicite beaucoup plus les muscles de la plante des pieds ainsi que les mollets, ça permet aussi d'engager la flexion des genoux et des hanches créant ainsi un triple ressort qui amorti l'impact, mais restitue plus de 40% de celui-ci en impulsion.

Si vous courez de cette manière, sans écouteurs, vous devriez réaliser que votre foulée est beaucoup moins bruyante et vous secoue beaucoup moins. Si vous commencez à vous entendre talonner, je vous conseille de vous arrêter, votre musculature doit se réhabituer à l'effort, vous courrez mieux les prochaines fois. Comme dans tous les sports, privilégiez la qualité à la quantité (celle-ci viendra avec le temps).

Mise en application

En fait, l'exercice le plus simple pour ressentir et comprendre ces mécanismes c'est encore de se déchausser.
Pieds nus sur une surface exempte de toutes aspérités qui pourraient vous blesser, il n'est pas possible de tricher :

Le Barefoot running ou course minimaliste

Il existe dans le commerce des chaussures minimalistes tel que les Vibram FiveFingers, NewBalance Minimus ou encore les Vivobarefoot, etc. Ce sont toutes des chaussures qui permettent d'avoir une foulée quasi identique à la course pieds nus (Barefoot).

Pour quel usage ?

Il faudrait, à mon avis, considérer ces chaussures comme d'excellentes paires de chaussures éducatives. Mais rappelons que même s'il n'y a rien de plus naturel que de marcher ou courir pieds nus, il n'y a rien de moins naturel que de le faire sur un sol aussi rigide et plat que de l'asphalte.

Nous ne sommes pas tous issus des peuples Tarahumera (Mexicain) ou Bochiman (Sud-Africain) et avons pour la plupart grandit sur un sol rigide, plat et régulier, ce qui a empêché nos muscles stabilisateurs latéraux de la cheville, nos muscles de la voûte plantaire de se développer à son optimum. Notre voûte plantaire est donc moins bandé (comme un arc donc les muscles de la voûte plantaire seraient la corde).

Il nous faudrait beaucoup de temps et de patience pour retrouver une foulée parfaite. Il faudrait commencer par de la marche, de préférences sur chemin, pas plus de 15 minutes puis progressivement augmenter la durée de la sortie, puis commencer à courir. La priorité et de ne pas avoir mal... N'espérez pas pouvoir courir votre marathon en chaussures minimalistes comme vous le courez en tennis de running standards avant une bonne année...
Ne soyez pas présomptueux, les risques sont grands ! Parmi eux : La tendinite achilléenne, la fascite plantaire ou même les fractures de fatigue !

Pendant toute la transition, faites vous suivre régulièrement par votre chiropracteur afin qu'il puisse corriger les dysfonctions articulaires des pieds, des chevilles, des genoux, des hanches et de votre bassin !

N'hésitez pas à filmer votre foulée afin de prendre conscience des défauts à corriger, pourquoi pas demander l'avis d'un professionnel : entraîneur d'athlétisme, podologue orienté sport, etc...

Et du coup, mes chaussures running ultra-amorties à 180€ ?

Pourquoi a-t-on inventé les chaussures amorties ? C'est très simple, les industriels ont inventé les chaussures amorties parce que c'est plus confortable lorsque l'on marche sur un revêtement dur !

Donc est-ce mauvais ?

En fait, c'est pernicieux car cela permet au corps de faire des choses qu'il ne devrait pas faire en temps normal, comme poser le talon en premier, lorsqu'on court, on le fait car on peut le faire sans douleur... Lorsque l'on présente le talon au sol, la jambe est tendue, l'impact n'est donc ni amortie par la cheville, ni le genou, ni la hanche, il résonne et se dissipe dans chacune des ces articulations et peut remonter dans la colonne. Avez-vous déjà eu mal aux lombaires, aux hanches, aux genoux après une course ?

Mais attention, le problème ne vient pas de votre chaussure mais de votre foulée. Si vous courez en minimaliste avec ce type de foulée avec un abord "talon arrière", c'est ce qui arrive lorsque vous démarrez trop vite avec les minimalistes, vous vous fatiguez et, dans ce cas, on a même pas l'amorti de la semelle.

Si vous conservez vos tennis de running, appliquez vous ! vous devez courir comme si vous étiez pieds nus !

Et surtout, prenez du plaisir !

Photo de Maxime Krakus